mercredi 9 mars 2022

REVUE MISSIONS DES FRANCISCAINS PRINTEMPS 2022

 


 POUR LIRE LA REVUE EN ACCÈS LIBRE ET GRATUIT VOIR PLUS LOIN.

 

LE MONDE, NOTRE CHEMIN, NOTRE MAISON

Le Secrétariat général pour les missions et l’évangélisation (SGME) de l’Ordre des Frères mineurs (Les Franciscains) a élaboré un document intitulé « Le Royaume de Dieu est proche, Orientations pour l’évangélisation missionnaire franciscaine ». Cet ouvrage expose et revisite certains des principes porteurs et fondamentaux des missions d’évangélisation ainsi que les défis et les scénarios que l’Ordre affronte aujourd’hui. On retrouve dans ce document des éléments intéressants pour notre réflexion sur l’évangélisation et la mission. Les membres du Comité de rédaction ont donc décidé de s’inspirer de ce texte pour constituer les thèmes de nos prochains numéros pour les années 2022 et 2023 de la Revue.

Voilà l’argumentaire qui constitue le thème que nous proposons pour ce numéro : « Les missionnaires évangélisateurs sont appelés à se mettre aux côtés des plus petits et des marginaux comme Jésus l’a fait dans sa vie publique. Comme de vrais pasteurs, nous sommes appelés à suivre au plus près les luttes des gens pour défendre la vie et leurs droits les plus élémentaires. Cela fait partie de la mission de penser son histoire de manière évangélique et critique, non pas pour condamner ou par orgueil, mais pour savoir se mettre toujours à la disposition du Seigneur qui nous envoie et à celle des personnes que nous croisons sur le chemin. C’est elles qui nous convertissent et nous évangélisent. »

L’article de Gilles Bourdeau, OFM, met en perspective les concepts de périphérie et d’église en sortie que l’Église a développé ces dernières années. Le frère Bourdeau nous permet de mieux les comprendre tout en les situant dans leur contexte ecclésial.

Sur le terrain, les frères vivent avec des personnes marginalisées. Ils nous décrivent leurs expériences auprès de ceux et celles qui sont en « périphérie ». Des témoignages émouvants de la réalité de nos frères et des gens qu’ils aident en pays de mission.

Francine Vincent aborde la parabole du semeur dans sa chronique Parole de Dieu. Elle écrit que par cette parabole Jésus nous présente une autre vision de la vie, un regard neuf sur Dieu, et nous invite à une meilleure relation entre les humains. Un beau texte méditatif vous attend.

Avec ce numéro, nous initions deux nouvelles chroniques : Pour aller plus loin vous suggère des lectures pour approfondir le thème du numéro ainsi que Synode et mission qui explore la portée du Synode que vient de mettre en route le pape François et ce que cela signifie pour la mission.

Aussi, dans la section projets missionnaires, une présentation du bilan des projets pour l’année 2021 vous dévoilera de bons résultats grâce à votre générosité. Toute notre gratitude au nom de l’équipe du Bureau des Missions et des frères en pays de mission.

Le Comité de sélection des projets vous propose un projet en République Démocratique du Congo avec le frère Benoît Bahati, OFM. Je vous invite à découvrir l’implication du frère Benoît dans ce projet, c’est vraiment digne d’intérêt !

Vous trouverez également une entrevue avec le frère Pierre Brunette, OFM, sur le Chapitre provincial et un article sur le Chapitre général de l’Ordre des Frères mineurs (Les Franciscains).

En espérant que ce numéro comble vos attentes.

Richard Chartier, rédacteur en chef  

 

MERCI à Ghislain Bédard pour le nouveau logo des Missions des Franciscains.

À NOTER : La Revue Missions des Franciscains aura 100 ans en 2023 !

 

ACCÈS LIBRE ET GRATUIT POUR LIRE LA REVUE ICI 

lundi 28 février 2022

AIDEZ NOS FRÈRES EN UKRAINE QUI PORTENT SECOURS À LA POPULATION !

Crédit photo: OFM.org

 

 Voici un message du Ministre général des Franciscains à propos de nos frères en Ukraine :

« J’ai pu parler au ministre provincial de l’Ukraine, le fr. Daniel Botvina, qui m’a informé que les frères vont bien, en particulier dans le couvent de Konotop, une ville déjà occupée par les Russes. Ils sont restés là avec les gens, pour ne pas les abandonner, et ils sont en sécurité ». Il est facile d’imaginer l’état d’esprit avec lequel le Fr. Massimo Fusarelli, ministre général de l’OFM, a reçu la nouvelle du déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Cependant, sa lettre, inspirée par les principes de paix et d’espérance, ne peut manquer de rappeler des mots qui évoquent l’angoisse et la douleur. (Lire le message du ministre général, en anglais seulement: Lettre du ministre général pour la paix en Ukraine (ofm.org))

Ces mots mêmes nous permettent d’imaginer la consternation avec laquelle nos confrères vivent et travaillent dans cet effroyable conflit. Les paroles du frère Romuald, curé du couvent de Konotop, décrivent en détail un scénario que personne ne pensait possible jusqu’à récemment. Les rues de la vie quotidienne sont devenues un champ de bataille, des véhicules civils et militaires incendiés, de nombreuses victimes dispersées dans toute la ville. Et puis le désespoir qui s’est installé dans le cœur de la population à la prise de conscience que la ville n’était plus sous le contrôle de l’armée ukrainienne.

La paroisse a immédiatement ouvert ses portes à tous. Les frères répondaient aux besoins fondamentaux du peuple : un endroit pour passer la nuit ou recevoir un repas, mais aussi le besoin d’un mot de réconfort. La plupart d’entre eux sont des personnes âgées, des femmes et des enfants qui ont soudainement trouvé la guerre sur le seuil de leurs maisons. Malgré leurs efforts, nos frères ont de plus en plus de mal à fournir de la nourriture, des médicaments et le strict nécessaire à ceux qui ont quitté leur foyer. Le nombre de personnes soignées augmente et les frères ont besoin d’aide.

La Curie générale de l’Ordre des Frères Mineurs (OFM), par l’intermédiaire de la Fondation Fraternité de l’OFM, a pris des mesures immédiates pour apporter tout le soutien possible aux frères qui sont personnellement confrontés au drame de la guerre.

Leur présence est le réconfort d’une bougie dans l’obscurité, il ne faut pas que les sentiments de haine et de désespoir prennent le dessus.

Si cela est possible pour vous de faire un don pour soutenir nos frères et sœurs qui souffrent en Ukraine. Dans sa lettre, le ministre provincial de l’Ukraine, le fr. Daniel Botvina,  lance un appel urgent. Merci de votre solidarité.

Si vous faites un don via le don en ligne, s.v.p. nous écrire à

 
 afin de nous informer qu'il s'agit d'un don pour l'Ukraine. Merci !

Pour lire le message en anglais: Aidez l’Ukraine à travers nos frères (ofm.org)

mercredi 26 janvier 2022

DON EN LIGNE POUR LES MISSIONS DES FRANCISCAINS


 

 




CLIQUEZ ICI

Crédit : Pony3000/shutterstock.com

Lien: https://app.simplyk.io/fr/donation-form/904b67d2-e13f-4627-b322-d39163ef010e

MERCI BEAUCOUP !


vendredi 17 décembre 2021

VOEUX DE NOËL

Toute l'équipe du Bureau des Missions de la Province St-Esprit du Canada vous souhaite 

JOYEUX NOËL & BONNE ANNÉE 2022 ! 

Beaucoup de paix, de joie et de bonheur ! 

Nous profitons de l'occasion pour remercier  les généreux donateurs et donatrices qui ont appuyé les oeuvres et les projets missionnaires des frères franciscains un peu partout sur la planète. Toute notre gratitude !

Nous vous offrons ce beau poème du frère Gilles Bourdeau, OFM. Qu'il soit source d'inspiration et d'allégresse en ce temps des fêtes.



Crédit: Laboko/shutterstock.com




JEU

 

Durant la dernière tempête

Près d’un carré de tulipes

Un voisin m’a fait bonhomme de neige.

 

Je protège les premiers pollens

Les pétales qui frissonnent

La fraîcheur et le vent ludiques.

 

Si le soleil apparaît et dure

Je ne donne pas cher de ma survie

Je fonds et me dissipe vite.

 

Même les petits souvenirs

De mon passage et de mes jeux

Se diluent et s’évaporent.

 

Je ne souffre pas de me liquéfier.

Je chéris les mains qui m’ont pétri

La voix qui me surnomme.

 

J’existe dans l’éphémère

Avec des yeux un nez une bouche

Une grimace à pouffer de rire.

 

Je regretterai un peu mon chapeau

Sûrement les passants qui se sont arrêtés

Les gens qui retrouvent un sourire.

 

Ma vraie peine sera de ne plus voir

Tous ces enfants qui s’amusent

Jusqu’à la première noirceur.

 

 

Gilles Bourdeau, le 8 mai 2021